Résonance (16/3/18)

Je suis comme une grande cloche d’airain frappée par le puissant assommoir de la fatigue, immobile et vibrante, incapable de se déplacer vu son attache et son poids, et ne pouvant davantage cesser de résonner par-delà les kilomètres de hameaux qui la cernent, où d’autres colosses de bronze acculés reprennent à leur tour la même plainte depuis le fond des siècles et la répandent également, à leur corps défendant, jusqu’au prochain village, à l’infini, dans l’immense maillage réticulaire qui court de toit en toit, jusqu’à l’horizon de la mer, où cette lamentation sans nom vient enfin mourir sans écho au pied des flots, dans la monotonie sans âge du littoral.

1024px-Saint-Sauveur_(Dordogne)_église_cloche
La cloche de l’église Transfiguration de Notre-Seigneur, Saint-Sauveur, Dordogne, France
Publicités

Une réflexion au sujet de « Résonance (16/3/18) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s