Écœurement (18/1/17)

J’éprouve une tristesse très caractéristique. Elle est délimitée, ténue, pointue. Elle me surprend par petites vagues très espacées, irrégulières. Elle est dépourvue de toute nostalgie. Il me semble qu’elle résulte d’une frustration, qu’elle consiste en un mélange de rage et d’impuissance dont le conflit bouillant se joue dans des couches phréatiques et déborde un peu jusqu’à l’écœurement.

Quoi ! nulle trahison ?…
Ce deuil est sans raison.

C’est bien la pire peine
De ne savoir pourquoi
Sans amour et sans haine
Mon cœur a tant de peine !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s