Rien (6/2/17)

Je ne sais pas dire non à ce qui est en moi. Je confonds l’humeur et les caprices, la subjectivité galopante et les devenirs. L’image m’empoisonne. Chaque fois que l’on est confronté à une alternative entre tout et rien, il faudrait que le rien l’emporte car le tout ne mène à rien et épuise beaucoup en chemin. L’écriture du Journal est mon socle, sans lui je ne peux avancer. Il doit fleurir entre le vide et la pensée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s