Parade (20/2/18)

cocteau1
© « Autoportrait sans visage », Jean Cocteau

« J’ai seul la clé de cette parade sauvage », c’est là le vers qui s’appliquerait le mieux à Jean Cocteau, sans que l’on sût exactement qui le profèrerait, soit lui-même, avec l’ego surdimensionné qu’il a par endroits, soit le lecteur avec l’extraordinaire liberté que lui laisse Cocteau dans ses virevoltes et qui est alors poussé à faire lui-même le tri entre le brillant de surface et l’or des profondeurs.

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s